15 février 2012

Mariko Mori, Empty dream

Ah et oui j'allais oublier :

Ma bande son sur Empty dream (1995), cette photo vaut le détour.

Empty Dream, 1995 © Photo courtesy of Mariko Mori, AUTVIS, Brasil 2010

Bande son ici

 

Avec le commentaire :

Mariko mori est une artiste d’origine japonaise, c'est une superstar de l'art contemporain, elle expose dans les plus grandes galeries et musés du monde
d'ailleurs la liste serait trop longue a citer

Elle s’est faite connaître pour ses installations multimédias, et avec une série de photos, prises dans la ville de Tokyo, ou elle apparaît dans des costumes,
qui reprennent des images et des clichés issu de la culture et l’imaginaire japonais.
Elle critique cette société qu'elle trouve rigide machiste, et ne laissant pas de place a l'individu de place a l'individu

Cette pièce s’appelle empty dream, rêve vide en français c'est une photo , une installation immense de 6panneaux de 3metres de haut sur 1m50 de large

Le cliché a été pris a l’Ocean dome, en intérieur, c'est la plus grande plage artificielle du monde

On y voit des japonais en train de se baigner, de jouer et se prélasser
Dans un décor de plage paradisiaque,
Mariko mori apparaît plusieurs fois, parmi les baigneurs, tranquillement alongée sur le sable, en costume de sirène

au fond on voit un grand panneau avec le ciel et l’horizon en trompe l’œil
,des îlots en carton pâte de chaque coté, et même Des petits palmiers
bref, rien a envier a disneyland
Les couleurs sont très douces, du bleu clair beige, et les lignes horizontales de l'eau et de la plage appellent au calme

Mais le cadre de l’image laisse apparaître la fin du décor et la structure du bâtiment, sorte de grand hangar industriel

En regardant de plus près les vacanciers, on remarque une légère dissonance dans l’image, tout est trop lisse et laisse a penser que le figurants ont étés replacé photoshoppés,

Cette ambiance figée, irréaliste est encore renforcé dans l’installation, les six panneaux différents fragmentent l’image, et nous invitent a considérer plusieurs petits tableaux plutôt qu’une photo dans son ensemble,

En voyant ces petites scènes, je ne peut m’empêcher a penser peintures par exemple : La grande Jatte, de SEURAT

Mais des qu’on voit, le bâtiment gris au dessus du trompe l’œil, c'est la fin du rêve, on est reconnecté a la réalité, on a l’impression de voir l’envers du décor, comme le tournage d’un film vu de l’extérieur, on y croit plus, cette ambiance paradisiaque apparaît complètement fausse et éphémère, c’est presque surréaliste

Mariko mori détourne ici les codes de la publicité et du marketing, et véhicule un message fort :
la sirène c’est très symbolique, a la fois consensuel, séducteur et dangereux,
elle invite a se poser des questions sur l’ampleur des moyens mis en œuvre pour se détourner de la réalité s’évader, même dans quelque chose de totalement artificiel, de faux… et du vide qu’il y a derrière

c’est ce que j’aime beaucoup dans cette œuvre, mariko mori est partie d’un lieu réel, qui correspond a son message, et juste avec quelques retouches, le cadrage, son apparition en costume de sirène,
elle transforme ce lieu en une illustration parfaite de ce coté artificiel et vain des divertissement modernes, le titre résume l’œuvre, le message est limpide.

Posté par gdelaville à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mariko Mori, Empty dream

Nouveau commentaire